DERNIERES INFOS
Analyse du projet de "Cash Transfer" au Kenya

 


Vous pouvez désormais consulter l'analyse complète du projet TSF de "Cash Transfer" au Kenya : Analyse du projet

 


      •                             Interview de Sarah Hermon-Duc,                                                              Interview de Grégory Rebattu, 

                    chef du projet TSF de "Cash Transfer" au Kenya,                          responsable de la base régionale TSF Asie/Afrique de l'est, 

                       sur Voice of America le 31 janvier 2012                                                 sur Voice of America le 13 décembre 2011                                                                                                                                                                  


  • Kenya : TSF a mis en place des activités de "Cash Transfer" dans les régions pastorales de Marsabit Sud

     

Logologoend 550

Contexte


En 2011, le nombre de personnes en situation de crise alimentaire au Kenya frôlait les 3,5 millions et ce nombre a encore augmenté les mois suivants. En raison de cette très longue période de sécheresse, les éleveurs se sont déplacés à la recherche d’eau et de pâturages, forcés parfois de traverser les frontières. La marche sur de longues distances a engendré une sérieuse détérioration des conditions d’élevage, réduisant la valeur du marché et les revenus de l’agriculture. Les éleveurs les plus pauvres n’ont plus qu’un nombre limité de bêtes.

 

Le 15 octobre 2011, Télécoms Sans Frontières, en collaboration avec Vétérinaires Sans Frontières Allemagne, a lancé le projet pilote RAPID M-PESA, financé par GIZ, dont l’objectif est d’améliorer la sécurité alimentaire des foyers vulnérables dans les zones pastorales du Kenya et d’atténuer les effets de la famine sur leurs conditions de vie.

 

Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de réponse à l’urgence de Vétérinaires Sans Frontières Allemagne et plus précisément du programme « Réponse en terres arides pour les communautés pastorales des régions du Kenya affectées par la sécheresse (RAPID) », financé par GIZ (Deutsche Gesell-schaft für Internationale Zusammenarbeit).

 

L’objectif pour VSF-Allemagne était de conduire des activités "Cash for Work" et grâce à l’expertise de TSF, de pouvoir rémunérer les bénéficiaires de ces activités en utilisant le système M-PESA.

 

Le projet a été mis en place dans quatre villes du district de Marsabit Sud, comté de Marsabit, au nord du Kenya (Laisamis, Merille, Logologo et North Horr) et à Lokichoggio, dans le district du Turkana (nord-ouest du Kenya).

 

Cette initiative a duré sept mois. Le programme TSF-VSF s'est achevé en juin 2012.


Objectifs

 

Par la mise en œuvre concrète sur le terrain du système M-PESA et de paiements réguliers pour rémunérer des activités de "Cash for Work", le projet a permis d’évaluer l’impact du système M-PESA en régions pastorales et d’analyser les possibilités d’étendre son utilisation pour des activités de "Cash for Work" ou de transfert d’argent dans toutes les zones d’opération de VSF-Allemagne. Les paiements réguliers via le système M-PESA ont permis de réduire la vulnérabilité des bénéficiaires face aux crises alimentaires récurrentes dans le pays.

 

M-PESA (M pour mobile, pesa signifie argent en Swahili)

est un système de paiement et de transfer d'argent par téléphone mobile 

qui comptait plus de 14 millions d’utilisateurs au Kenya en avril 2011.

Il est mis en place au Kenya par l’opérateur mobile Safaricom.

 

Le système M-PESA est une solution intéressante, simple et pratique, en particulier en milieu rural, où les services bancaires sont rares et où beaucoup de personnes n’ont pas de compte en banque. Ce système permet d’envoyer de l’argent par voie électronique, de stocker cet argent sur un téléphone mobile à l’aide d’un compte électronique, et de déposer ou retirer cet argent en espèces auprès de chacun des 30 000 agents du réseau M-PESA dans le pays. Le système de paiement par téléphone mobile M-PESA est mis en place au Kenya par l’opérateur mobile Safaricom.

 

Utiliser ces moyens de paiement pour les futurs programmes de transfert d’argent pourrait réduire les coûts logistiques de telles opérations et éviter la majorité des problèmes de sécurité qui leur sont associés. Utiliser les réseaux et la technologie mobiles pour transférer de l’argent est plus sûr que transporter de l’argent liquide. De plus, cela permet à cet argent d'être directement délivré au bénéficiaire, sans prendre le risque de passer par des intermédiaires.

 

Mpesa Laisamis

 

Phase d'évaluation

 

En novembre 2011, TSF a conduit différentes missions d’évaluation dans plusieurs districts, en particulier dans le district de Marsabit Sud, afin de déterminer la pertinence de l’utilisation du système M-PESA et d’identifier le nombre de bénéficiaires potentiels pour le projet pilote RAPID M-PESA de TSF et VSF Allemagne.

 

À Laisamis (population totale : 4 978 habitants), le chef de mission de TSF a rencontré les autorités locales. Des réunions ont également été organisées avec les représentants des principaux villages du district de Marsabit Sud.

 

Des indicateurs spécifiques ont été relevés : couverture du réseau mobile, disponibilité et nombre de propriétaires de téléphones portables, de détenteurs de comptes M-PESA, disponibilité des agents M-PESA et estimations de leurs moyens de mise à disposition d’argent, taux d’alphabétisation dans les districts et nombre de détenteurs de cartes d’identité.

 

Identification des bénéficiaires

 

Les bénéficiaires sont des bergers. VSF Allemagne les a choisis selon des critères de vulnérabilité tels que : foyer dont le chef de famille est une mère seule, foyer ayant un cheptel de moins de 20 bêtes, foyer dont le chef de famille s’occupe d’orphelins… Dans chaque village, un comité de soutien a aidé VSF Allemagne à sélectionner ces bénéficiaires, avec au moins une personne sachant lire et/ou utiliser un téléphone portable par village.

 

TSF kenya

 TSF kenya2TSF kenya5

 

Activités de "Cash for Work"

 

Les activités de "Cash for Work" incluent la réparation des routes, les actions de collecte des déchets plastiques, et les interventions dans le domaine de l’eau (transport, réparation des puits de forage, subventions pour les carburants, construction de routes, etc.) notamment dans les régions où les pâturages sont abondants mais où les animaux ne peuvent pas paître à cause du manque d’eau.
Ces activités, visant à maintenir et à augmenter le taux de croissance des troupeaux grâce à l’amélioration de l’état de santé des animaux, ont été rémunérées grâce au système M-PESA. Elles ont ainsi augmenté la rentabilité de l’élevage, facilitant le commerce des animaux et des produits dérivés, stabilisant les prix des denrées alimentaires en hausse constante et l’insécurité alimentaire aigüe au niveau des foyers.
Ces actions ont accru l’espérance de vie du bétail affecté. Grâce à ces interventions, les distances parcourues et le temps passé par les populations, les animaux et les éleveurs à se déplacer pour trouver de l’eau ont été réduits, et le risque d’insécurité a diminué.


Au-delà de la gestion des équipements et de la logistique du projet, TSF a apporté son expertise technique :

 

-    Ateliers de formation spécifiques organisés et menés par TSF, auprès de 350 bénéficiaires, sur l’utilisation du système pour recevoir des fonds et effectuer des transferts d'argent.
La plupart des bénéficiaires ne sont pas habitués à utiliser le téléphone mobile. C’est pourquoi TSF a formé parmi eux 14 assistants communautaires ayant déjà une connaissance du téléphone portable et sachant lire et écrire. Ils ont ainsi été à même d’aider les autres bénéficiaires en cas de problème avec le téléphone ou, si besoin, de lire un message.
Enfin, si les habitants des grandes villes sont familiarisés avec les agents et le système M-PESA, pour les villageois habitant des zones plus isolées il s’agit souvent d‘une découverte. Or l’ouverture d’un compte M-PESA est obligatoire pour les bénéficiaires du projet pilote afin de recevoir les paiements des activités de "Cash for Work". Pour les assister dans le processus d’enregistrement TSF a recruté un assistant local ayant une bonne connaissance du système M-PESA.

 

-    TSF a également créé un guide d’utilisation détaillant de manière illustrée le mode de fonctionnement du téléphone portable ainsi que la création et l’utilisation d’un compte M-PESA, afin d’accompagner les bénéficiaires pendant et après la formation.


-    Mise à disposition de téléphones portables et de chargeurs solaires
Les bénéficiaires ont été répartis en groupes de 5 personnes. Chaque groupe a reçu un téléphone portable et un chargeur solaire fournis par TSF. Chaque bénéficiaire n’ayant pas de ligne a également reçu une carte SIM personnelle. TSF a formé les bénéficiaires à l'utilisation de ces appareils.

 

-    Paiement des bénéficiaires
Chaque bénéficiaire du projet M-PESA a été payé après 10 jours de travail. Pour confirmer l’enregistrement sécurisé de chacun des comptes M-PESA nouvellement créés, TSF a utilisé l’application FrontlineSMS avant de procéder au premier paiement.

 

-    Suivi des paiements

TSF a effectué un suivi des paiements pour s’assurer du bon déroulement du projet et de la capacité des bénéficiaires à effectuer ces opérations de transfert d’argent de manière rapide et efficace.

 

-    Analyse du projet
TSF et VSF Allemagne ont analysé les résultats du projet pilote M-PESA afin de mesurer l’impact et la pertinence de ce système et les possibilités de l’adapter à plus grande échelle. Lire l'analyse du projet.

 

Les fruits de cette expérience ont été partagés avec d’autres acteurs au Kenya afin de transmettre les leçons apprises sur l’utilisation de ce système de paiement pour des activités de "Cash for Work" dans les zones pastorales. TSF a notamment délivré une présentation le 20 mars 2012, lors de la rencontre mensuelle du groupe de travail sur les modalités de paiement (Calp).

 

À travers ce projet et la mise en place d’activités de développement rémunérées liées à la gestion de l’environnement, les communautés pastorales du nord du Kenya, très pauvres et vulnérables, victimes des conséquences de la sécheresse prolongée, sont impliquées dans les mécanismes de leur propre développement. Grâce à l’utilisation du système M-PESA, TSF renforce les programmes de VSF-Allemagne dans le domaine des nouvelles technologies au service des populations affectées.

 

IMG 2945-400IMG 2926-400IMG 2913-400

IMG 2915-400IMG 2923-400IMG 2952-400 

IMG 3048-400IMG 3051-400

 

 

 

 
 

 
 

 








Les partenaires


TSF kenya7

A propos de Vétérinaires Sans Frontières
Vétérinaires Sans Frontières Allemagne (VSF-Allemagne) est une organisation non-gouvernementale internationale dont la mission est d’améliorer les conditions de vie des populations vulnérables dans les pays en voie de déve-loppement, à travers l’amélioration de la santé du bétail et de la productivité des troupeaux. VSF-Allemagne a 14 ans d’expérience dans la mise en oeuvre de projets humanitaires et de développement avec les éleveurs et dans la réponse aux urgences alimentaires dans les régions arides du Kenya, du Sud Soudan, de Somalie et, plus récemment, d’Ouganda, d’Ethiopie et de Tanzanie.


A propos de Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit
Les services délivrés par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenar-beit (GIZ) s’appuient sur une richesse d’expertise régionale et technique et sur une gestion du savoir-faire éprouvé et testé. En tant qu’entreprise fédérale, GIz soutient le gouvernement allemand et les objectifs que celui-ci s’est fixé dans le domaine de la coopération internationale pour un développement durable. GIZ opère dans beau-coup de domaines: développement économique et promotion de l’emploi; gouvernance et démocratie; sécurité, reconstruction, consolidation de la paix et transformation des conflits civils; sécurité alimentaire, santé et éducation de base; et protection de l’environnement, conservation des ressources naturelles et atténuation du changement climatique.