DERNIERES INFOS
TSF: 6 semaines d'intervention en Haïti, plus de 10 500 familles bénéficiaires

Interviews de notre représentant aux Etats-Unis, Paul Margie.

 

Présentes en Haïti moins de 24 heures après le terrible séisme, les équipes de TSF ont fait face à l’une des catastrophes les plus dévastatrices de ces dernières décennies. Elles ont apporté, jour après jour, et durant plus de 6 semaines, leur soutien à la communauté humanitaire et aux populations affectées.



MISSION HAITI EN CHIFFRES

 

Informations générales

- Date du séisme : 12 Janvier 2010

- 222 500 victimes

- 3,5 millions de sinistrés

- 1,2 million de sans abris

- Infrastructures télécoms détruites

Déploiement TSF

-    Date du déploiement de la 1ère équipe de Managua : 13 Janvier 2010

-    Date du déploiement de la 2ème équipe du siège International de TSF: 15 janvier 2010
-    38 personnes sur le terrain
-    6 semaines de présence en Haïti (fin de la mission: 24 février 2010)
-    5 régions couvertes (Port-au-Prince, Jacmel, Léogâne, Petit Goave et Grand Goave)

-    Les équipements TSF installés ont permis aux populations et aux acteurs de l’urgence de communiquer pendant 765 heures.

 

 

Soutien TSF auprès de la communauté humanitaire

 

Dès leur arrivée, les experts TSF ont installé des centres de télécommunications haut débit dans des pôles de coordination stratégiques:


benoit-aeroport- A l’aéroport : au centre OSOCC (On-Site Operations Coordination Centre). TSF a établi des connexions internet et des lignes satellitaires haut débit, assurées par des terminaux BGAN, auprès des équipes UNDAC (United Nations Disaster Assessment and Coordination), mais également des groupes de recherche et de secours (tels que USAR UK, USAR Peru, Defensa civil Española, USAR Mexico…). Ce centre a été fermé suite au départ des équipes de recherche et de secours.

Nombre total d’utilisateurs: 25 utilisateurs/jour
Nombre d’organisations : 14
Volume des données par jour : 495 MB/jour
Nombre d’appels: 654

 

 

 

 

- A la base Minustah (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti). Le camp accueille toute la communauté humanitaire: agences des Nations Unies (Unicef, IOM, WFP, OCHA, FAO…), ONG (Acted, Handicap International, Médecins Sans Frontières, Croix Rouge), Commission européenne... Cette base fait ainsi office de centre logistique et de coordination. Dès le 14 janvier, TSF a installé une connexion BGAN et un point d'accès wi-fi au bénéfice des agences des Nations Unies et des ONG. S’adaptant à la croissance exponentielle des équipes de secours en Haïti, les équipes TSF a ouvert  peu de temps après une connexion VSAT pour les équipes d'OCHA (Organisation des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires), de la Commission européenne et utilisée également par d'autres vsatorganisations humanitaires.

Durant toute la durée de mission, au moins trois techniciens informatique ont été basés en permanence dans le camp LogBase afin de fournir un appui technique continu à la communauté humanitaire. Ces techniciens ont également réalisé des activités allant d’opérations de base (configuration de connexions sans fil ou des imprimantes, dépannage matériels ou logiciels, virus...) à des opérations plus poussées (mise en place de VSAT, liens sans fil, mise en place de système d’information complet pour un petit bureau...). En raison de la taille du camp, un service d'assistance téléphonique de 7 heures à 22 heures a été créé pour fournir un soutien immédiat aux utilisateurs.

Nombre total d’utilisateurs: 200 utilisateurs/jour
Nombre d’organisations : +64
Volume des données par jour : 3170 MB/jour

 

- Au Centre OSOCC de la commune de Jacmel

Dès le 28 janvier, une connexion internet et téléphonique (BGAN, point d'accès wi-fi) a été installée pour les équipes d'OCHA.

Services disponibles : data (BGAN), Point d’accès wifi
Nombre total d’utilisateurs: 5 utilisateurs/jour
Nombre d’organisations : 1 (OCHA)
Volume des données par jour : 100 MB/jour

 

lester- Au Centre OSOCC de Léogâne

A Léogâne, OCHA mit également en place un hub de coordination avec 21 organisations présentes initialement et organisées en sept clusters. Tout comme à Port-au-Prince, TSF a appuyé la communauté internationale en installant une connexion internet haut débit (VSAT). Cette connexion fut utilisée par les agences onusiennes et les ONG à partir du 8 février.

Services disponibles : data, Point d’accès wifi
Nombre total d’utilisateurs: 30 utilisateurs/jour
Nombre d’organisations : 13
Volume des données par jour : 4 GB/jour
Liste des agences enregistrées : WFP, Unicef, OCHA, MINUSTAH, ACF, SOS, ECHO, Caritas, Care, Malteser, THW, ACTED, INTERSOS

 

 


- Soutien aux autorités locales

La capacité du gouvernement ayant été sérieusement touchée par la destruction des principaux ministères, TSF a tenté au maximum d’appuyer leurs initiatives en leur fournissant des services télécoms.

Suite à une demande du Premier Ministre d'Haïti, M. Bellerive, TSF lui a fourni un téléphone satellite le 14 janvier. Avec ce téléphone satellite, le gouvernement a été en mesure de communiquer avec la communauté internationale. Le 15 janvier, TSF a installé une connexion data (BGAN) dans l'immeuble accueillant le Président, le Premier ministre, les ministères (bâtiment de la DCPJ).

 

Jusqu’à l’installation BGAN opérée par TSF le 25 Janvier, la police nationale haïtienne n’avait pas d’accès à Internet. Le rôle de la police est essentiel dans un tel contexte de crise, assurant la sécurité des distributions des aides.

 

Les équipes de TSF ont également mené des évaluations télécoms à l'Agence Cartographique d'Haïti et dans les bâtiments où la Direction de la Protection Civile avait l'intention de déménager.

 

- Le camp des ONG françaises, situé à l'Ecole Sainte Rose de Lima à Port-au-Prince, a pu également bénéficier d'une connexion TSF, assurée depuis le 2 février. La demande provenait du Ministère français des Affaires Etrangères, qui soutenait et tentait de coordonner la réponse des ONG françaises.

Nombre total d’utilisateurs: 15 utilisateurs/jour
Nombre d’organisations : 3
Volume des données par jour : 680 MB/jour


haiti01Au-delà de l'installation et de la mise à disposition de matériel informatique, télécom et satellite, Télécoms Sans Frontières a accompagné les travailleurs humanitaires au quotidien, leur offrant une assistance technique adaptée à chacun de leurs besoins. TSF a notamment apporté son expertise télécom à UNICEF pour l'installation d'une connexion à long terme à la base de la MINUSTAH. Grâce aux moyens mis en place par TSF, la communauté humanitaire internationale a pu coordonner ses efforts et répondre plus efficacement à l'urgence.

Plus de 100 organisations humanitaires et plus de 1 300 acteurs de l'urgence (ONG, agences des Nations Unies et autorités locales) ont bénéficié des services de TSF.  Ce sont, en moyenne, 180 utilisateurs par jour (avec un pic de 320 utilisateurs durant les deux premières semaines de l’urgence). Volume de transmission de données: 218 GO.

 

 

Opérations de téléphonie humanitaire TSF auprès des populations affectées

 

77 centres de téléphonie ouverts du 16 Janvier au 22 février 2010.

 

tc

TSF a mis en place des opérations de téléphonie humanitaire pour offrir aux sinistrés la possibilité de rester en contact avec leurs proches en Haïti et à l’étranger. Tous les jours, les équipes ont sillonné les camps de réfugiés des villes affectées (Port-au-Prince, Jacmel et Léogâne) et ouvert des centres itinérants de téléphonie humanitaire (un centre par camp et par équipe). 3 à 5 camps de réfugiés étaient couverts quotidiennement.

Une fois le centre établi, TSF a offert aux civils affectés, grâce à des téléphones satellites, des minutes gratuites vers la destination de leur choix. Ces opérations de téléphonie sur toute la région affectée ont reçu un accueil privilégié car dans les camps de déplacés, sans électricité, les téléphones portables ne peuvent être rechargés et les appels vers l'international coûtent trop cher.

 

Depuis le 16 Janvier, TSF a ainsi couvert les communes fortement touchées de Petion-ville, de Delmas et du Centre-ville de Port-au-Prince. Les équipes se sont également déployées à Jacmel, Léogâne, Carrefour, Lacul, Bainet, Gressier, Petit Goave et Grand Goave.
10 500 familles, soit plus de 60 000 personnes, ont pu contacter leurs proches à l'étranger (100% d'appels internatioaux). Les Etats-Unis, le Canada, l’Europe, ou encore la République Dominicaine ont été les destinations les plus demandées.

 

Depuis le tremblement de terre, des milliers de personnes n'avaient pas pu joindre leurs familles. Dans un contexte si grave, une communication directe et immédiate avec un membre de sa famille n’a pas de prix : dire que l’on est vivant, informer de la situation, raconter….
Ces appels prioritaires sont aussi l’occasion pour les familles de demander une aide financière ou une assistance personnalisée. Au-delà du soutien psychologique, les victimes ont la possibilité d’entrer en contact gratuitement avec des proches susceptibles d’envoyer de l’argent. La diaspora haïtienne est une source importante de revenus pour les membres restés au pays.

 

Témoignages recueillis à Delmas 2, Port-au-Prince, Février 2010

Suzanne Esteval, 78 ans, vit comme 1 million de ses concitoyens, dans la rue. Elle ne parvient que difficilement à se procurer à manger lors des distributions alimentaires. Grâce à TSF, Suzanne a pu appeler son fils aux Etats-Unis. C’est son premier appel depuis le 12 janvier. Elle a profité du service téléphonique de TSF pour lui demander de l’argent.

Esther Merveille, 37 ans, est enceinte de presque 8 mois. Au moment du tremblement de terre, elle était chez elle et trouva la force de s’enfuir au dehors malgré son mal de dos.  Aujourd’hui, elle a trouvé refuge avec sa fille de 15 ans et sa mère dans la cour de l’école Verena, où l’Armée du Salut travaille. L’appel offert par TSF lui a permis d’appeler sa sœur aux Etats-Unis  pour deux choses nous a-t-elle confié « lui raconter les évènements, lui dire que nous sommes en vie et également lui demander une aide financière ».


La phase de première urgence en Haïti a pris fin le 28 Février. De futures évaluations sont envisagées afin de déterminer des besoins éventuels dans le cadre des actions de post-urgence de TSF.

Regardez la vidéo de la Mission TSF  en Haïti