DERNIERES INFOS
LIBYE / Bilan 6 mois après le retour de nos équipes d'urgence

Libye: TSF sur le terrain du 23 Février au 20 Novembre

 

L’année 2011 a débuté avec les révolutions du Printemps arabe et la chute de régimes totalitaires. Les citoyens de Tunisie, d’Egypte, de Bahreïn, de Syrie et de Libye se sont soulevés. Certains pays, comme l’Egypte et la Tunisie, ont connu des changements radicaux immédiats et d’autres, des conflits prolongés, comme en Libye.

 

Depuis le début du soulèvement en Libye et pendant neuf mois, TSF était sur le terrain, fournissant des connexions d’urgence aux populations affectées et aux ONG travaillant à leurs côtés.  

 

Dans les premiers mois, TSF a concentré ses efforts sur l’aide aux milliers de réfugiés traversant la frontière. Depuis le 15 février, plus de 500 000 personnes ont fui la Libye et trouvé refuge dans les pays voisins, notamment en Tunisie et en Egypte. 60 000 personnes ont fui vers le Soudan, le Tchad, le Niger et l’Algérie.

Une équipe de TSF s’est d’abord déployée au camp de transit de Chucha, à la frontière tuniso-libyenne, afin d’offrir des appels internationaux gratuits aux populations déplacées et d’établir des connexions internet pour les travailleurs humanitaires.

 

En avril 2011, les équipes de TSF sont arrivées à Benghazi, puis à Misrata, en juin. TSF est arrivé dans la région de Djebel Nafusa le 25 août et aux abords de Syrte le 13 octobre. TSF a ensuite ouvert son septième Hub international pour les ONG à Syrte même. Le 14 novembre, les besoins humanitaires étaient toujours immenses dans tous les domaines, des besoins d’équipements médicaux aux infrastructures télécoms : il n’y avait toujours pas d’électricité, d’eau ou de télécommunications dans la ville.

 

Afin d’assurer une meilleure coordination humanitaire, TSF a établi des connexions satellites mobiles et fixes (utilisant des BGAN et des VSAT) pour toute la communauté humanitaire : les équipes de l’OIM (Organisation Internationale des Migrations), les agences des Nations Unies (incluant le HCR - Haut Commissariat aux Réfugiés), le CICR (Comité International de la Croix Rouge), le Croissant Rouge libyen, les ONG nationales et internationales (dont les ONG médicales), les autorités locales et les équipes médicales.


Au-delà de l’installation de connexions internet et de liens satellites haut débit, les équipes de TSF ont fourni un soutien technique et télécom continu aux acteurs humanitaires, réparant et mettant en place leurs équipements de télécommunications (BGAN, routeurs, imprimantes, ordinateurs, etc.).

 

Nos équipes ont quitté la Libye le 20 novembre, transmettant la gestion des équipements aux ONG internationales en coordination avec OCHA (Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires). TSF a mis des solutions télécoms à la disposition des organismes de secours pour leurs communications d’urgence et leurs évaluations. 

 

Chronologie

 

-     Frontière Tunisie-Libye : 24 février – 13 mai
Mission financée par le Service d’Aide Humanitaire et de la Protection Civile de la Commission européenne
TSF a conduit des opérations de téléphonie humanitaire à l’entrée du camp de transit de Chucha durant plus de 80 jours.
Entre le 26 février et le 25 mars, TSF a également offert son soutien aux efforts d’urgence à la frontière. TSF a mis en place des connexions internet à l’aide de terminaux satellites mobiles (BGAN) et d’équipements réseaux au poste frontière de Ras Ejdir et au camp de Chucha, et a fourni un soutien informatique et technique aux humanitaires dans le besoin. Les points d’accès Wifi ont bénéficié aux organisations suivantes : CICR, UNHCR, OIM, docteurs tunisiens et service médical de l’armée tunisienne.

 

7 March TSF Tunisia-Libya Transit camp 2-400

 28 Feb TSF Tunisia-Libya Transit camp 40028 Feb TSF Tunisia-Libya Transit camp

 




-     Libye : 13 avril – 20 novembre
Liste non exhaustive des organisations soutenues par TSF : ACTED, CESVI, LAT, LIBAID (Agence Libyenne pour les Secours et l’Assistance Humanitaire), CICR, Mercy Corps, Save the Children, IRD, JMACT (Joint Mine Action Coordination Team), DCA, ACF, IOM, MAG (Mines Advisory Group), IMC (International Medical Corps), LRC (Croissant Rouge libyen), Médecins Sans Frontières, ONG médicales, personnel médical, Merlin, Handicap International, etc.

 

Benghazi : les équipes de TSF sont entrées dans Benghazi le 13 avril 2011. 2 400 travailleurs migrants et des civils libyens ont fui Misrata et ses combats sanglants, et se sont rendus à Benghazi par bateaux affrétés par l’OIM. Le 17 avril, TSF a participé à une opération conjointe avec le CICR qui a permis d’offrir des appels téléphoniques aux réfugiés en transit dans le camp du Croissant Rouge libyen à Benghazi.

 

Puis, en collaboration avec l’ONG ACTED et l’Office de l’Aide Humanitaire et de la Protection Civile de la Commission européenne (ECHO), l’équipe de TSF a créé à Benghazi un Hub ONG avec des connexions satellites haut débit (VSAT) et des équipements télécoms et informatiques, au bénéfice des acteurs humanitaires opérant dans la zone. La connexion est active depuis le 20 avril.

 

Misrata : L’équipe de TSF est arrivée à Misrata le 20 juin. Le Hub ONG international ouvert par TSF le 22 juin 2011 (VSAT), en coopération avec les ONG ACTED, Mercy Corps et CESVI est un lieu de ressources et d’information clé pour les ONG internationales travaillant dans la région.


Du 26 au 28 juin, TSF a participé à une opération conjointe avec le LRC pour fournir des appels téléphoniques internationaux aux centres médicaux de Misrata.

 

Jadu : Dès leur arrivée dans la région de Djebel Nafusa le 25 août, TSF a établi une connexion satellite mobile (BGAN) à l’hôpital de Jadu, pour le personnel de l’hôpital et les ONG médicales sur site, dont l’ONG IMC. TSF a renforcé la connexion avec l’installation d’une antenne VSAT le 6 septembre. Il s’agit de l’hôpital le plus important de la région. L’appui de TSF et la mise en place d’une connexion haut débit ont été sollicités par l’établissement médical.

 

Yefren : Le 25 août, TSF a établi une connexion satellite fixe (VSAT) à l’hôpital de Yefren. La connexion a bénéficié au personnel de l’établissement et aux ONG médicales, dont Médecins Sans Frontières. Le « centre média » de la ville a également été connecté à l’antenne VSAT.

 

Nalut : TSF a installé une connexion fixe (KA-SAT) aux bureaux de la Croix Rouge libyenne à Nalut ; une connexion établie pour l’ensemble de la communauté humanitaire.


Syrte : TSF a ouvert son septième Hub ONG international à Syrte, en collaboration avec les ONG ACTED, Mercy Corps et IMC.


Le rôle de TSF est aussi, quand la demande en est faite, de mettre à la disposition des travailleurs humanitaires du matériel télécom et satellite. L'équipe TSF a ainsi fourni trois téléphones satellites (IsatPhone Pro) à différents organismes humanitaires pour renforcer la communication entre les villes de Libye.

 

TSF Nalut-IsatPhone for Red Crescent

 TSF Sirte Oct20113-400TSF Sirte Oct20111-400

 

Au début de l’année 2012, les connexions TSF sont toujours opérationnelles à Nalut.
Les centres de Jadu et Yefren ont été fermés, et ACTED a pris le relais des opérations à Misrata, Benghazi et Syrte.

 

TSF connection

TSF connection in SirteTSF connection Nalut 2


Frontière libyenne : 30 500 vies reconnectées pendant les opérations de téléphonie humanitaire

 

Quand les conflits ont éclaté en Libye, TSF a apporté son soutien aux réfugiés fuyant les combats : notre équipe a permis à 30 500 familles de passer un total de 40 348 appels humanitaires vers 115 destinations différentes à travers le monde (en utilisant les téléphones satellites « IsatPhone Pro ») depuis le camp de transit de Chucha en Tunisie. Cette action représente un total de 84 378 minutes offertes à des civils de 40 nationalités différentes.

 

À Benghazi et Misrata, TSF a permis aux équipes médicales et aux civils déplacés de passer 538 appels prioritaires.

 

10 March TSF Tunisia-Libya Transit camp 4-400

27 Feb TSF Tunisia-Libya Transit camp 610 March TSF Tunisia-Libya Transit camp 2-400


Le service d’appel de TSF est un véritable lien de vie, il offre un semblant de normalité à ceux qui sont frappés par l’adversité

 

Pour le peuple libyen, cette année fut synonyme de bouleversements majeurs. Dans des moments comme celui-ci, rester en contact avec ceux que l’on aime est une source inestimable de réconfort. Les appels prioritaires de TSF permettent aux victimes de catastrophes de rassurer les proches restés sans nouvelles, mais aussi et surtout de recevoir une assistance personnalisée. Au-delà du soutien psychologique apporté, le rôle de TSF est également de trouver des solutions concrètes pour les familles déplacées.

 

TSF installe sa base à l’emplacement le plus facile d’accès pour les victimes de catastrophe : ici le camp de Chucha, refuge pour des milliers de personnes déplacées. Pendant 80 jours, les réfugiés se sont succédé pour pouvoir passer un appel grâce aux lignes téléphoniques de Télécoms Sans Frontières.

 

Notre équipe en Libye a été témoin des événements…

 

« Nous avons permis à des réfugiés originaires du Ghana de donner des nouvelles à leurs familles. Mais tous les jours, nous les retrouvons près de notre centre, sans solution de rapatriement... Il n'y a pas de consulat du Ghana à Tunis. Nous décidons donc d'appeler le consulat du Ghana en Algérie. L'interlocuteur les assure de son assistance officielle et après plusieurs échanges téléphoniques, le 1er mars, l'engagement est tenu : le représentant du Consul lui-même est arrivé dans le camp et a pris en charge ses ressortissants. » témoigne Florian Vichot, membre de l’équipe TSF.

 

« Masi et Mohamed, originaires de Bamako, au Mali sont arrivés à la frontière le 25 février en fin de journée. Grâce à TSF, ils ont pu appeler l’ambassade du Mali à Tunis qui leur a promis une assistance officielle. » dit Allan Sebastian, membre de l’équipe TSF.

 

« Une centaine de Nigériens, certains sans papiers, n’avaient aucune nouvelle de leur gouvernement et aucune information concernant la date de leur possible rapatriement au Niger. Ils ont désigné des porte-parole qui sont venus nous trouver, pour tenter de joindre l’ambassade du Niger, quelque part. Nous avons appelé l’ambassade du Niger en France et nous avons finalement réussi à obtenir le numéro personnel de l’Ambassadeur du Niger en Algérie, qui est entré en contact avec l’OIM pour organiser le rapatriement de ses ressortissants. Quelques jours plus tard, avant qu’ils ne montent dans le bus pour l’aéroport, quelques-uns d’entre eux sont venus nous dire au revoir, en nous remerciant chaleureusement. » se souvient encore M. Sebastian.

 

« Nous ne pouvons pas encore retourner au Bangladesh, » déclare Nienn. « Mais parler avec mes parents au téléphone rend l’attente moins pénible. » Lorsque les violences ont éclaté à Zawiyah, dans l’ouest de la Libye, le travailleur immigré Bangladais Mohammed Nienn, 28 ans, métallurgiste, était au travail. Dans l’urgence de la fuite, il a sauté dans un taxi avec trois autres Bangladais et s’est dirigé vers la frontière tunisienne, où un bus l’a conduit au camp de transit de Chucha, à 6km de la ville frontière de Ras Ejdir. Dix jours plus tard, il était toujours là, dans l’attente d’un vol pour Dhaka. « Ma famille me demande de rentrer le plus vite possible, » a-t-il expliqué à IRIN. « Mais ce n’est pas si facile. Il y a tant de Bangladais ici. L’attente pour se rendre l’aéroport est très longue. »  Source de ce dernier témoignage : www.irinnews.org - 14 mars 2011.

 

Histoires du terrain: comment les humanitaires perçoivent-ils notre travail?

 

Les experts de Télécoms Sans Frontières se sont déployés dans plusieurs régions de Libye. Dès qu’ils sont arrivés dans le pays, ils ont installé des connexions internet – essentielles à l’efficacité et à la coordination des efforts d’urgence – et ont mis en place des centres télécoms. Ces centres offrent un accès internet haut débit, des lignes téléphoniques et fax et tout l’équipement informatique nécessaire à une cellule de crise sur le terrain. Les histoires et témoignages suivants valent mieux qu’un long discours…

 

25 August 2011-Jadu 4-400

Pour le docteur Isam Athanis, de l’hôpital de Jadu, les connexions de TSF améliorent le partage d’informations et le travail des équipes médicales sur place. « Nous avons passé 6 mois sans connexion internet. Grâce à TSF, la connexion internet à l’hôpital de Jadu nous permet de contacter Tripoli pour recevoir les approvisionnements et demander des conseils à d’autres médecins en Angleterre. Etre connecté et pouvoir demander de l’aide est un vrai soulagement pour tous les médecins ici. Je voudrais sincèrement remercier TSF pour le don exceptionnel que vous avez fait à l’hôpital de Jadu. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point cela nous aide. La communication est critique durant une crise humanitaire. TSF a été la seule organisation à résoudre nos problèmes de communication à l’hôpital de Jadu. »

 

Pour le docteur Walid, la connexion de TSF a radicalement changé la situation : « Avant, je devais me rendre à Tripoli pour me connecter à Internet. Je peux désormais envoyer des emails ou discuter via Skype avec d’autres villes libyennes concernant les patients que nous soignons. Maintenant, je peux également envoyer des échantillons médicaux et des photos dans d’autres pays, notamment l’Angleterre et l’Italie, et recevoir l’avis de spécialistes internationaux. »

 

Le docteur Reyad Ali Zekri prévoit l’ouverture d’un site internet pour l’hôpital de Jadu afin d’améliorer l’organisation et l’acheminement de l’aide. « J’ai créé un groupe Facebook. Avec Internet à l’hôpital, mon travail est plus rapide et plus efficace. Je peux effectuer des commandes par email, un moyen plus sûr et précis que les appels téléphoniques. »

 

« TSF aide les médecins à travailler et à soigner les patients. Grâce aux services de TSF, nous sommes capables d’envoyer des photos médicales et des rapports sur nos patients à d’autres hôpitaux et d’autres médecins dans le pays et à l’étranger. TSF renforce la gestion et la coordination. Aucune autre organisation ou entreprise n’a fourni ce service. Je suis très reconnaissant, merci. » dit le docteur Omar Suliman Omar, praticien à l’hôpital de Jadu.

 

Le soutien de TSF est très important pour ces organismes humanitaires, comme le souligne Emma, qui travaille pour l’ONG IMC à Zintan : « En une heure, l’équipe a connecté notre bureau. Merci TSF pour votre soutien, il va nous permettre d’aider les gens plus efficacement. »

 

« TSF nous a beaucoup aidés. Ils nous ont permis d’utiliser Internet et de communiquer avec le monde extérieur. Ils ont beaucoup facilité notre travail. Le point fort de TSF est son habileté à être partout dans le monde et arriver très rapidement pour faciliter notre travail quotidien. » témoigne Kamel Bouchouicha, chef d’équipe, IMC, Jadu.

 

« La connexion TSF est extrêmement importante pour moi parce que je suis certain qu’elle est sécuritaire et que je peux envoyer des informations sensibles comme des contrats internes ou avoir des conversations Skype avec le siège. » nous dit Sonal Shinde, responsable du bureau Mercy Corps, Misrata.

 

Paul Boncz, de l’organisation JMACT à Misrata : « TSF, merci pour votre soutien! La connexion internet fonctionne parfaitement 24h/24 et 7j/7. »

 

Rikke Gomesen, qui travaille pour Save the Children, commente : « Le Hub est très utile, avec un bon accès à Internet et des services appropriés. Il n’y a rien à redire. »

 

« La connexion TSF facilite la coordination car elle me permet d’envoyer des emails à mes équipes et contacts en Libye. De plus, je peux facilement communiquer avec le siège de CESVI et leur envoyer mes rapports. » nous dit Melissa Zorzi, coordinatrice de projet, CESVI, Libye.

 

Au-delà de l’appui humanitaire, les connexions de TSF sont un soutien à la culture locale. Au media center de Yefren, la presse locale peut désormais éditer un journal local sur la ville, les activités qui s’y déroulent et les associations locales, comme nous le décrit Akram B-Ashour, volontaire au media center de Yefren : « Avant la révolution, nous n’étions pas autorisés à parler le Tamazight. Aujourd’hui, grâce à TSF, nous pouvons recommencer à promouvoir notre culture. Nous travaillons à la mise en place de la première réunion globale sur la culture Tamazight dans l’histoire de la Libye. »

 

TSF 5 july-NGO hub in Misrata 1-400website

20082011136-400 website25 August 2011-Jadu 2-crop-400