DERNIERES INFOS
Formule 1 - Grand Prix de Belgique
A l’occasion du 10ème anniversaire de Télécoms Sans Frontières (TSF), l’écurie de Formule 1 AT&T-Williams a porté les couleurs de l’organisation humanitaire spécialisée en télécommunications lors du Grand Prix de Belgique à Spa Francorchamps les 5, 6 et 7 2008.

 

headrest TSF-FINALLe logo de TSF est apparu sur l’appui tête de la monoplace du pilote japonais Kazuki Nakajima. Ce soutien est à l’initiative de l’entreprise AT&T, partenaire de TSF depuis plus de 5 ans, et en accord avec Franck Williams, patron et fondateur de l’écurie.


La présence du logo de TSF sur la FW30 de l’écurie britannique a apporté une visibilité exceptionnelle à l’organisation durant cette course qui a accueilli plus de 100,000 visiteurs et a été vu par plus de 300 millions de téléspectateurs dans le monde.

Monique Lanne-Petit, Directrice et co-fondatrice de TSF, présente lors du Grand Prix, a accueilli cette opportunité unique avec gratitude et enthousiasme : « AT&T nous soutient depuis longtemps et leur soutien est très important pour notre organisation. Cette opportunité de donner une visibilité à TSF au niveau mondial est une chance fantastique ».

L’idée d’associer Télécoms Sans Frontières à une Formule 1 n’est pas un hasard. En effet, Télécoms Sans Frontières, qui a inventé le concept de « télécoms humanitaires », est connue pour être parmi les organisations les plus rapides à intervenir sur les terrains de conflits ou de catastrophes naturelles et utilise des équipements à la pointe des technologies de télécommunication. En situation d’urgence, chaque seconde compte pour sauver des vies.

Depuis sa création le 9 juillet 1998, TSF s’est déployé dans plus de 50 pays au bénéfice de près de 500 organisations humanitaires et de millions de victimes. Les équipes de TSF étaient notamment en Birmanie suite au cyclone qui a frappé le pays en mai dernier tuant plus de 200,000 personnes et laissant 2 millions sans-abri. Plus récemment, TSF était en Géorgie pour soutenir l’action du Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies et pour permettre aux déplacés Géorgiens de donner des nouvelles à leur famille suite au conflit qui a éclaté avec la Russie et a poussé des dizaines de milliers de personnes à fuir les combats.